top of page
  • Photo du rédacteurIsabelle Barbier

Que deviennent nos souffrances d’enfant?


"L’extraordinaire capacité d'adaptation de l’enfant ne lui permet pas la stagnation dans ce que nous, adultes, appelons souffrance. Cette souffrance non perçue comme telle par l’enfant prend la forme d’une adaptation instantanée, permise par une plasticité émotionnelle inégalable, que nous pourrions définir comme un réflexe de survie, et qui prendra plus tard le mot traumatisme.

Cette nouvelle posture alors acquise pour survivre à l’environnement (parents violents, dépendants, dysfonctionnels, fratrie violente etc) acquiert avec les années une double qualité : rigidité et fusion avec le Soi. Comme une armure qui, ayant pourtant permis de survivre à un environnement toxique, colle désormais à la peau, devenant sclérosante. Le corps (physique et émotionnel) grandissant, les besoins et les désirs changeant, l’armure que sont les stratagèmes et les mécanismes d’adaptation autrefois essentiels et salvateurs, révèlent leur nature limitante.


Le désir de convenir, d’être à la hauteur, de combler les attentes de son environnement (parents, culture, fratrie, etc) auront supplanté notre besoin, originel et fondamental, d’authenticité et de congruence. La période d'individuation, de la trentaine à la cinquantaine, quand elle n’est pas l’objet de la fuite du soi dans une carrière ou de l’accaparement total par des obligations parentales, peut alors devenir le théâtre de prises de consciences toutes particulières.

Pour la plupart d’entre nous, nous sentons bien que « quelque chose ne va plus » et ne nous correspond plus. Pour ceux qui auront entamé le travail un peu plus tôt, nous comprendrons que "certains besoins ne sont pas remplis". Nous pourrons alors lister tous ces besoins et les satisfaire comme nous remplirions un vase en miettes à coup de verres d’eau. Seule la découverte de l’abandon de notre authenticité originelle au profit de la nécessité du lien, permet la reconstitution progressive du vase, dont nous pouvons recoller les morceaux à l’aide de cet or qui découle de nos prises de conscience."


Stephan Schillinger


N'hésitez pas à réagir si ce texte vous parle à vous aussi, je vous répondrai toujours!


Je vous souhaite une bonne journée

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page